×
essais texte

HOW TO SHOP

1 Login or create new account.
2 Review your order.
3 Payment & FREE shipment

If you still have problems, please let us know, by sending an email to support@website.com . Thank you!

SHOWROOM HOURS

Mon-Fri 9:00AM - 6:00AM
Sat - 9:00AM-5:00PM
Sundays by appointment only!

Le château

Historique :

Le jardin du château a été surélevé et terrassé à l’aide de gros rochers, rappelant les fortifications gauloises, une perle de verre incrustée de corail y a été découverte, ainsi qu’un coffre cinéraire,  prouvant une occupation celte puis gallo-romaine. Des monnaies, des outils, et des tessons de poteries attestent une présence permanente du lieu.

La première mention du château de Cubières est un texte de 1213 « castrum de Labreris » ou Cabreriis.

Au XIVème siècle, l’Archevêque de Narbonne, Pierre de la Jugie, fait dresser un inventaire des biens de l’Archevêché, le fameux « Livre Vert » : Cubières appartient au domaine de l’Archevêque, avec le droit de haute et basse justice, il y possède une demeure, des moulins, des terres. Il en est donc le seigneur et ses redevances sont bien précisées.

Un procès au XVIIIème siècle, entre le comte de Montesquieu-Coustaussa et l’Archevêque de Narbonne (archives de Carcassonne), pour défendre ses droits de coupe dans les forêts de Cubières, prouve que ce dernier était encore propriétaire un peu avant Révolution.

Le bâtiment indépendant se situe dans le prolongement de l’abbaye dont il ne reste qu’une partie de l’église. Les Cubériols, il y a quelques décennies, ont mis au jour un souterrain reliant l’ancienne abbaye et le château, il a été refermé aussitôt.

Du château du moyen âge jusqu’au 17ème siècle subsistent quelques éléments : fondations, fenêtres de tir «trous à feu », gargouille, trace de fenêtres à meneaux, niveaux de planchers différents. Ces vestiges, des traces d’incendie, un blason martelé correspondant aux armes d’un archevêque, font écho à une supplique adressée au Roi de France vers 1596 (archives de Carcassonne), pour se plaindre de l’occupation et des destructions commises par les troupes huguenotes qui s’étaient installées à Cubières et les villages alentours. Comme l’abbaye, le château a probablement été détruit à cette époque.

Le château actuel, développant environ 600 m² en 3 niveaux, a été reconstruit  dans l’esprit des villas toscanes, en forme de U, avec deux ailes et un corps central en retrait, des fenêtres à simples meneaux au 2ème étage, des entourages de portes et fenêtres en pierre taillée à linteaux droit. Cette architecture permet de dater la reconstruction sur les bases d’origine des années 1630. Toutes ces caractéristiques, la provenance des pierres acheminées depuis une carrière lointaine, la cour entièrement pavée, quatre rangs de génoises, des salles habitées au rez-de-chaussée et non des écuries, une entrée avec escalier, les dimensions des pièces, des cheminées, du four à pain, prouvent la noblesse de ce bâtiment, bien différent des maisons paysannes locales, et la richesse de son propriétaire. La circulation se fait sans couloir, typique du 17ème siècle.

Le château a probablement été saisi à la Révolution et vendu comme bien national. On constate en effet que le bâtiment principal a été divisé en trois parties, les portes de communication étant murées. Les communs ont été divisés en de nombreux lots (cadastre de 1820).

Racheté en 2000, le château était pratiquement en ruine : les trois-quarts des toitures et planchers disparus, plus de fenêtres, plus d’escalier.

Restauré au plus près de son origine, avec des matériaux anciens, il est aujourd’hui garni de meubles, objets d’art et tableaux d’époque et de style.

Monument Historique Privé 

CUBIERES SUR CINOBLE – 11190 

Route des Châteaux Cathares – 04 68 69 87 01 – 06 80 01 26 25 – chateaudecubieres@orange.fr 

Ouvert du 1er juillet au 31 août de 14h à 19h. 

HAUT